Image d'entête de l'article

8 heures avec Cat's Eye

Salut Benoît comment ça va ? Très bien, merci !

Parle-nous de ton album 8 hours, comment est-il né, comment est née l’inspiration ? Je voulais faire un album pour le voyage, en train par exemple. Faire une musique qui accompagne les paysages qui défilent à travers la fenêtre du train.

L’inspiration pour les textes, ça sent le vécu ou c’est la vie du quotidien qui donne des beaux titres comme ça ? Pour cet album, il s’agit principalement de sons et pas d’une langue en particulier. Comme je chante généralement en anglais, certains sons forment des mots en anglais. Mais tous ces sons ont été improvisés derrière le micro.

La pochette de l’album fait rêver, dis-nous où c’est histoire de se faire envie et d’y aller ? C’est à Brighton, une photo que j’ai prise l’été dernier.

Pourquoi un titre en anglais et pas 8 heures par exemple ? J’adore le son de l’anglais et je suis d’avis qu’il se marie mieux à ma musique que le français.

Tu vas me dire que la comparaison est énorme mais y a du Jean-Michel Jarre dans ta façon de créer des morceaux, c’est quoi tes influences musicales ? Pour cet album, mes influences sont complètement différentes. Je pense qu’il y a des influences de Kraftwerk, un de mes groupes de musique électronique préférés, pionniers de l’electro pop. Ensuite, il y a probablement une petite influence de Brian Eno, père de l’ambient et j’ai voulu aussi mettre des sons et des traitements actuels.

Je me trompe peut-être mais il me semble que derrière cet album il y a du MAO, pourquoi avoir choisi cette façon de créer ? En fait, il y a surtout l’utilisation d’un petit synthétiseur analogique et de divers échos. Donc relativement peu d’instruments logiciels. J’aime avoir des instruments physiques, pouvoir tourner les boutons, jouer avec un instrument palpable.

La plus belle collaboration artistique que l’on pourrait te proposer ce serait laquelle ? Je crois que je l’ai déjà. Je collabore avec un de mes guitaristes préférés, Gerry Leonard, qui joue sur la chanson « The Local Train » du nouvel album.

Est-ce que tu t’es dis un jour, stop j’arrête tout je fais une reconversion professionnelle ? La musique m’accompagne toujours dans mes pensées, donc même si je n’en fais pas comme métier, j’ai tout de même l’impression d’en vivre, vu qu’elle est à tout moment dans mes pensées.

Dans cet album, y a un côté lunaire, solaire je trouve. Pourquoi avoir choisi ce style de musique là et pas le jazz par exemple ? Comme je le disais, je voulais faire un disque pour le voyage. Je voyageais régulièrement en train et j’écoutais parfois de la musique électronique en regardant les paysages. C’est de là vient l’inspiration de faire un disque électronique.

La première partie de rêve serait celle de qui ? R.E.M. !

Plutôt album solo ou album en duo ou en groupe ? Les trois !

3 questions à te poser Benoît, celle-ci est un peu naïve mais j’assume, c’est la musique qui est venue vers toi ou c’est l’inverse ? La musique

Le Bonheur avec un grand B, il est où quand et avec qui ? Il est maintenant !

Et que puis-je te souhaiter aujourd’hui pour demain ? Un retour des concerts !

Merci Benoît pour cette interview et belle continuation musicale

 

Découvrez l'univers de Cat's EYE avec ce clip WANT https://youtu.be/Syn_2UFnF6w

Partager: