Image d'entête de l'article

Rencontre avec Jacques Roman

Parlez-nous de votre ouvrage « Qui instruira le livre du calme » Quelle a été l’inspiration pour écrire ce recueil de poèmes ?

L’inspiration est un outil trouble. Si j’ai écrit Qui instruira le livre du calme c’est que le poète ne fait pas l’histoire, mais qu’il est forgé par l’histoire.

J’ai été plongée dans votre livre direct, vous avez une écriture incroyable, j’ai failli oublier de descendre du train ! C’est quoi votre secret pour un bon recueil de poèmes ?

Le secret ? J’écris depuis l’âge de dix-huit ans, soit soixante-quatre ans de travail et fatigue, comme l’écrivait Cesare Pavese. Je suppose que c’est là une part du secret. Quant à l’autre part, elle me restera toujours secrète.

Est-ce que vous vous inspirez d’autres auteurs de poèmes pour écrire ou pas ?

Je ne m’inspire pas d’autres poètes. L’imitation est le premier et fatidique piège. Ils m’accompagnent, ils m’épaulent, chinois, aztèques, polonais, arabes…

Il a quoi de plus cet ouvrage que les autres ?

Cet ouvrage n’a rien de plus ni de moins que les précédents. Votre question « il a de quoi plus » suppose un progrès étranger à l’art, le produit d’un bien dirait Baudelaire.

Question un peu naïve mais j’assume, c’est la poésie qui est venue vers vous ou c’est l’inverse ?

J’ignore ce qu’est la poésie et le poète ; seul m’interroge le poème, son surgissement d’air lorsque l’on étouffe, d’eau lorsque l’on a soif, de feu lorsque l’on a froid.

Le dernier livre que vous ayez lu, il parlait de quoi ?

Le dernier livre que j’ai lu répondait à mon désir de livre, tel le premier livre. Il ne parlait que de vie, d’amour et de mort.

« Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie, je suis né pour te connaître pour te nommer Liberté » Ce poète est-il une de vos influences littéraires ou pas ?

Prononcer le mot liberté ne suffit pas à la répandre !

Est-ce que vous vous seriez vu dans un autre style littéraire que la poésie ou pas ?

La nécessité est accompagnée par les règles du style ; finalement le comment ça s’écrit a peu d’importance en regard de la nécessité universelle d’exprimer.

Vous êtes un comédien de renom. C’est quoi la grande différence entre la comédie et la poésie ?

Je ne suis plus comédien. C’est un exercice de cour et de courtisan où me manquait la liberté.

Imaginons un recueil de poèmes à 4 mains. Ce serait avec qui ?

Ce recueil existe. Du monde du chagrin avec le poète Bernard Noël.

Votre recette du bonheur c’est quoi ?

C’est de ne pas en demander.

Le prochain recueil de poèmes, il parlera de quoi ?

Si je trouve un éditeur ce sera, déjà écrit, bien avant le port des masques, Visage

Dernière question à vous poser : que puis-je vous souhaiter aujourd’hui pour demain ?

Souhaitez-moi de ne jamais déposer les armes contre toutes les injonctions, à commencer par le terrorisme technologique, dont la source a toujours été d’impératif guerrier.

Merci Jacques Roman et belle continuation 

Partager: